The Beast : le meilleur du Texas à Paris, sans armes, ni haines, ni violences.

The Beast : le meilleur du Texas à Paris, sans armes, ni haines, ni violences. - Paul ADW

Après les restaurants de burger qui ont poussé comme des champignons, Paris accueille enfin un nouveau concept qui va flatter le palais de tous les amateurs de viande : la SmokeHouse. Au Texas, griller de la viande n’est pas une tradition, c’est presque une religion : ici brisket, travers de porc et pulled pork sont à l’honneur et sont accompagnés d’une sauce barbecue maison. Le tout est généralement partagé entre amis autour d’une bière et permet de déguster toute l’année ce qui était auparavant réservé à l’été. Y’a plus de saisons, et dans ce cas précis, on adore ça !

TAMPON_PARIS_001
Pour ce premier article dédié au #MadeInParis, nous avons voulu vous parler en avant première de ce qui risque bien d’être le gros carton de cette fin d’année 2014 à Paris : The Beast. Le restaurant a ouvert hier et nous étions présents afin de tester pour vous la qualité de ce lieu qui va beaucoup faire parler de lui. Petit aperçu de ce qui vous attend si vous aussi vous décidez d’aller y faire un tour.

C’est ici que sont préparés vos plats (sous vos yeux et à la commande).
C’est ici que sont préparés vos plats (sous vos yeux et à la commande).

Se nourrir, c’est bien. Manger, c’est mieux. 

Comme souvent dans les bonnes adresses, la carte est simple et ne propose que quelques choix : c’est souvent un excellent gage de qualité, que ce soit pour la fraicheur des produits ou pour la maitrise des recettes. Ici le nombre de plats est limité, mais on les maitrise à la perfection. Nous avons testé 2 des 5 plats proposés : le Brisket, et le Pulled Pork.

Les deux recettes sont extrêmement bien maitrisées, la qualité des produits est excellente (Black Angus, Poulet Fermier, etc) et la cuisson lente au feu de bois exalte les saveurs des aliments : on se régale. Au niveau des accompagnements, vous pourrez choisir entre du coleslaw maison, des pommes de terre au four et des BBQ beans. Nous excluons ici volontairement les légumes verts vapeur, parce que bon, soyons sérieux.

Petit bémol : il n’y a malheureusement pas de frites au menu.
On aurait adoré pouvoir manger des frites de patate douce ou des bacon fries, cela viendra peut-être avec le temps, et en attendant cela ne gâchera pas votre plaisir.

On aurait aimé que la viande (délicieuse) soit nappée généreusement de sauce barbecue, comme le veut la tradition
On aurait aimé que la viande (délicieuse) soit nappée généreusement de sauce barbecue, comme le veut la tradition

Coté boissons, le restaurant propose une carte de vin assez (trop?) étendue bien que de qualité. La vraie belle surprise vient du fait que vous pouvez commander à la pression l’excellente bière brassée par Deck & Donohue, à Montreuil. On aime l’économie en cycles courts et le choix d’une micro-brasserie dont la production est de très très grande qualité. Et à 4€ le demi, ça vaudrait presque le coup de ne venir rien que pour ça.

Les prix sont corrects : les plats tournent autour des 10€ auxquels il faut ajouter 4€ pour l’accompagnement. On y propose également des formules à partager (ou à s’offrir seul pour les plus gros carnivores d’entre vous). Les drogués du sucre ne seront pas en reste avec des desserts classiques mais efficaces : tarte au noix de pécan, crumble ou tarte au citron ; bien maitrisés également. Ceux-ci sont préparés par les pâtissiers de chez Broken Biscuits, réputés pour la qualité de leur travail.

Parce qu’on sait que c’est souvent énervant d’aller au restaurant sans en connaitre les prix, vous trouverez ci-dessous la carte avec ce que vous pourrez déguster chez The Beast.

Pour être tout à fait francs, on aurait préféré payer quelques euros de plus par plat pour que les portions soient plus grosses : quand on va dans ce type de restaurant, c’est pour se faire plaisir. Et repartir le ventre plein y contribue, quitte à proposer d’emporter les restes aux plus petits appétits (ou à ceux qui ont les yeux plus gros que le ventre). Après tout, on ne jette pas de la viande (and everybody likes free dinners !).

Malheureusement ce type d’initiative est très peu répandu à Paris alors que c’est un vecteur de croissance considérable. L’opportunité majeure étant de réussir à dédramatiser la chose auprès des clients français, puis à normaliser la pratique. Les restaurants d’inspiration américaine auraient d’ailleurs une facilité déconcertante à le faire. Et puis ce serait un joli coup marketing : on imagine presque déjà le reportage dans “100% Mag” sur M6.

Une chose est sure, il n’y aura qu’un premier resto à l’avoir fait, reste à savoir lequel. Wake up Paris !

Carte des plats - The Beast
La carte des plats de The Beast

La première Smokehouse à la Parisienne 

Le lieu est très joliment décoré, l’ambiance est épurée et on y utilise encore une fois des produits nobles, comme dans l’assiette donc. Le bois est très présent, c’est d’ailleurs un ébéniste (de Montreuil) qui a réalisé l’ensemble des meubles. Les tables et les éléments de décoration sont découpés depuis une seule pièce de bois, ce qui leur donne une personnalité unique qui est très agréable.

Le process de gestion des commandes quant à lui n’est pas encore rodé tout en étant admirable pour un premier jour : l’enthousiasme était palpable et c’est vraiment essentiel dans le ressenti qu’on a lorsqu’on part d’un restaurant. Par contre, le système de tickets mis en place est perfectible.

Pour l’instant, il faut aller au stand de découpe des viandes, commander son plat, puis patienter sur le côté pour avoir un ticket, ticket que l’on ramène à sa table, et qu’on amène à la fin du repas pour régler. Cela dit, si on est francs et objectifs : pour une première, c’est impeccable et même avec ça, l’endroit ne souffre pas de la comparaison avec la majorité des restos parisiens.

Selon nous, la logique voudrait qu’on passe commande, qu’on paye son repas, puis qu’enfin on donne son ticket à la personne en charge de la préparation des plats. Cela permettrait de diminuer l’attente entre la préparation des plats et leur dégustation, donc on mangerait plus chaud. De plus, cela éviterait d’encombrer le fond du restaurant, ce qui accélérerait tout le process de commande. Et mine de rien c’est aussi super pratique pour les clients de pouvoir partir dès qu’ils ont terminé, sans avoir à attendre l’addition.

Le service quant à lui n’est pas “à la parisienne”, et c’est une bonne chose. Comme aux États Unis, le staff est super sympa, à l’écoute et prêt à rendre service dès que possible. C’est tellement rare qu’on tenait à le souligner. N’hésitez pas à laisser des tips pour les encourager si vous voulez que ça se développe : Paris en a énormément besoin !

L'atmosphère est détendue, la lumière tamisée, tout ce qu'il faut pour passer un excellent moment avec de la très bonne bouffe.
Vue sur le bar, le “smoker” (barbecue de compétition), importé directement du Texas se trouve pour sa part au fond du restaurant.

La lumière douce et l’ambiance chaleureuse font que l’on a envie de rester, de discuter, d’échanger : on se sent tout de suite à l’aise et cela aurait été dommage qu’il en soit autrement. Les amateurs de bourbon seront également conquis par la très large sélection mise à leur disposition. N’aimant tout simplement pas ça, nous ne pourrons malheureusement pas en juger, mais sachez qu’ils disposent d’au moins une trentaine de références. Amplement de quoi satisfaire tout le monde.

Au final et pour tenter une forme de conclusion, The Beast est :

– Un super restaurant pour quiconque aime la viande (et le BBQ, évidemment)

– Les prix sont honnêtes, l’ambiance est bonne, et le lieu est beau

– Beer. Good beer. Good craft beer. Good craft beer, made in Paris. I mean, that’s something right ?

Pour découvrir par vous même l’expérience d’une vraie SmokeHouse comme au Texas en version #MadeInParis, vous pouvez vous rendre chez :

The Beast
27 rue Meslay
75003 Paris

Metro : République (lignes 3, 5, 8, 11)

Note finale Bien Monsieur :

4-5

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux, à nous suivre sur Facebook et Twitter, ou à vous abonner à la newsletter (Pas de spams, c’est promis.)

Tags from the story
, , ,

2 Comments

  • “On aurait aimé que la viande (délicieuse) soit nappée généreusement de sauce barbecue, comme le veut la tradition”

    Hi there, barbecue pedant here, il faut dire que dans aucun (vrais) tradition de bbq (pas des chipos merguez, hein, mais de la vrais) on trouve un produit deja dressee avec de la sauce. The sauce is a crutch on which bad barbecue limps into your stomach. Tout ca pour dire, Thomas, son ‘cue est deja bon, il n’ya pas besoin de sauce.

    • Hey Phillip,

      I do admit that the meat is great just by itself (as said in the article).
      What I meant however was that I would have enjoyed to have a little bit more sauce on top of my Pulled Pork.
      However you are absolutely right when you say that sauce is often used to make bad BBQ taste better.

      It’s not always the case but in my opinion, some great tasting sauce on top on some great tasting meat makes it better.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *